Actions

Nos Publications

Tribune

La 5G, une nouvelle technologie pour de nouveaux usages !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 5G c’est quoi ?

La 5G est une évolution des réseaux mobiles, compatible et complémentaire des générations précédentes qui va permettre d’adresser les 40% à 50% d’augmentation par an de trafic mobile en France mais c’est aussi une révolution technologique qui va permettre de nouveaux usages et contribuer à l’attractivité des territoires.

En effet si la 5G s’appuie sur des sites 4G existants, sur le même site, une nouvelle antenne est ajoutée. Elle intègre les technologies « massive MIMO » et « beam forming ». Ces technologies rendent l’antenne beaucoup plus efficace qu’une antenne 4G, puisqu’elle couvre plus d’utilisateurs en simultané et émet uniquement lorsqu’il y a un besoin et non en permanence. De plus cette  antenne intègre un mode veille lui permettant de ne pas consommer d’énergie si elle n’est pas active. Dans un premier temps la 5G sera déployée sur les bandes de 700Mhz et 3,5 Ghz, proches des fréquences de la 4G. L’utilisation de la bande des 26GHz en envisagé d’ici 2 à 3 ans pour adresser les sites très denses (de type centres de congrès, Aéroport, stade, centres commerciaux) sur des très courtes portées. Cela donnera lieu à une consultation et des tests spécifiques.    

Par ses performances énergétiques, la 5G a le potentiel de réduire la consommation par « gigaoctet transporté » des infrastructures de réseau d’un facteur 2 en 2020 à un facteur 10 en 2025, et jusqu’à un facteur 20 en 2030 dans un contexte où les consommations de data ne cessent d’augmenter chaque année. C’est également une conviction partagée par d’autres opérateurs européens.

La 5G pour quel usage ?

Dès 2021, le déploiement de la 5G va se faire sur des sites 4G dans des zones où le réseau est fortement sollicité (zones très denses), apportant une amélioration significative des débits. Cela va permettre de répondre à des usages de plus en plus exigeants  pour se former, travailler, produire, communiquer, se divertir et gérer le quotidien : vidéos en streaming et en 360°, réalité augmentée, réalité virtuelle, jeux en ligne, visioconférences et visualisation en 3D dans l’industrie, la santé, etc… Donc la première étape ce sera pour avoir plus de débit et plus de monde connectés en même temps.

Ensuite dès 2023, ce sera la mise en service du cœur 5G pour le réseau public. Dans cette nouvelle étape, la 5G va permettre d’offrir de nouveaux usages en particulier dans le monde de l’IoT.

Dans cette nouvelle étape du déploiement dès 2023, les usages seront multiples, on peut citer :

  • Dans les usines et dans les hôpitaux, la 5G permettra de connecter massivement les objets, de collecter les données générées et de les analyser en quasi temps réel et de façon toujours plus pertinente grâce à l’intelligence artificielle.

  • En télémédecine, elle facilitera la transmission des données critiques en quasi temps réel pour des patients hospitalisés à domicile ou pour des interventions chirurgicales à distance.

  • La 5G facilitera aussi le pilotage des robots industriels et leur coopération entre eux, pour améliorer la productivité des sites de production ; ou encore pour automatiser la surveillance de bâtiments.

  • Dans les villes intelligentes, les gestionnaires publics pourront croiser les données de trafic en temps réel, permettant ainsi l’utilisation de systèmes de régulation de trafic intelligents (feux et signalisation), par exemple pour fluidifier le trafic, réduire les embouteillages et donc ainsi la pollution.

  • On imagine aussi que la voiture autonome va pouvoir le devenir grâce à la 5G.

  • De par ses débits importants, on imagine que la 5G pourra également se substituer à la fibre pour des zones très peux denses et éloignés des infrastructures de télécommunications terrestres

Dès 2021, le déploiement de la 5G va se faire sur des sites 4G dans des zones où le réseau est fortement sollicité (zones très denses), apportant une amélioration significative des débits.​

Laurent Londeix


Pourquoi est-ce un enjeu de compétitivité pour la France ?

Force est de constater que la 5G se positionne comme une technologie incontournable pour répondre aux enjeux de demain. Plus rapide, plus performante, mais aussi plus précise et plus inclusive, la 5G n’est en rien une mode ou une course effrénée à l’innovation, mais bien une évolution nécessaire pour nos sociétés.

La 5G constitue un enjeu de compétitivité pour la France. L’UE est déjà en retard par rapport aux US et à l’Asie. Les usages du futur pour les entreprises et l’industrie 4.0, sources d’emploi, auront besoin de la 5G.

La 5G présente trois atouts essentiels:

  • plus de débit (jusqu’à 20 gigabits par seconde versus 1gb/seconde avec la 4G)
  • plus de densité qui permet de connecter de façon simultanée un nombre important de terminaux, et un temps de latence très faible.
  • l’accélération de l’industrie 4.0 et le déploiement de l’internet des objets (IoT) à grande échelle dans les entreprises, en connectant plus de machines en réseau, en supprimant les câbles, en interconnectant la production…


Quand va démarrer le déploiement ?

Les opérateurs sommes déjà prêts. Ils travaillent sur la 5G depuis de plusieurs années et ont lancé plusieurs expérimentations.

Orange a démarré des villes pilotes en France dès 2018 d : Marseille, Lille, Paris, Nantes, Montpellier.

Les enchères se sont déroulées en octobre, le lancement va se faire d’ici la fin de 2020.

La 5G et les questions de santé

Certes la 5G est attendue par la majorité des Français mais elle suscite une certaine défiance de la part de certains.

Il y a eu 20 000 études qui ont été faites partout dans le monde depuis vingt ans sur les dangers de l’exposition aux ondes électromagnétiques. Il n’y en a pas une seule qui a jamais mise en évidence le moindre fait avéré sur ce sujet.

Le 27 janvier 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a rendu public son rapport préliminaire sur l’exposition de la population aux champs électromagnétiques liée au déploiement de la technologie de communication « 5G » et aux effets sanitaires associés. L’ANSES avait été saisie le 9 février 2019 par les ministères en charge de la santé, de l’environnement et de l’économie afin de conduire cette expertise. Ce rapport préliminaire de l’ANSES ne constitue pas à proprement parler un avis sanitaire, mais plutôt l’annonce de l’expertise en vue de la production d’un rapport définitif annoncé au 1er trimestre 2021.

À l’occasion de la sortie de ce rapport préliminaire, le responsable de l’unité d’évaluation des risques liés aux agents physiques de l’ANSES a tenu à préciser le 29 janvier : « Je ne vois donc pas en quoi les signaux de la 5G seraient fondamentalement différents et plus dangereux que ceux de la 4G. Même si la transmission des signaux s’effectue avec un autre codage, cela ne change pas grand-chose à l’interaction entre les champs électromagnétiques et le vivant. Ce qui interagit avec le corps humain, c’est l’onde électromagnétique, l’énergie transportée et la manière dont elle est déposée dans le corps : répétée, en continu, hachée… Sur ce point, la 5G ne sera pas différente de la 3G ou de la 4G.»

Laurent Londeix

Délégué régional Provence Côte d’Azur chez Orange, Président de l’incubateur Paca-Est, membre du Comité d’experts du SMART Deal.

En quelques clics

Catégories

Derniers articles

2021 Vers une transition énergétique 2.0
L'IA : Intelligence Emotionnelle et Psychanalyse
Intelligence Artificielle et Art

Twitter feed

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •